En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Les cookies permettent, par exemple, de réaliser nos statistiques de visites du site. En savoir plus

J'ai compris
Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Pinterest
Retrouvez-nous sur Facebook

Une mutuelle communale en projet

 

mutuelle communale
Proposer aux habitants une complémentaire santé, négociée à l’échelle de la commune, l’idée a germé au CCAS de la Ville de Douarnenez suite à un constat : les administrés sont de plus en plus nombreux à renoncer à des soins, faute d’offre adaptée.

Le principe est de mener une négociation groupée auprès des différentes mutuelles ou assureurs, afin d’obtenir des tarifs plus bas que lors d’une souscription individuelle et des prestations choisies. Pour obtenir les tarifs les plus attractifs possibles, avec des prestations de qualité, la participation du plus grand nombre est essentielle.

Afin de sonder la population sur le nombre de personnes potentiellement intéressées par ce dispositif, la Ville, via son CCAS, vous propose de répondre au questionnaire suivant, téléchargeable en PDF modifiable. Les réponses recueillies permettront de connaître la situation spécifique de la commune et d’affiner la négociation.

A noter : pour remplir et renvoyer votre formulaire de façon électronique :
- téléchargez-le
ci-dessus,
- remplissez les champs demandés,
- cochez les cases correspondant à vos réponses.
- enregistrez le questionnaire rempli,
- renvoyez-le par mail au CCAS, à l'adresse indiquée au bas du questionnaire.

---

Questions à François Cadic, Adjoint au maire délégué aux affaires sociales

nelly guellec et francois cadic

Quels sont les objectifs d’une mutuelle communale ?

C’est d’améliorer l’accès aux soins pour le plus grand nombre, 16% de Douarnenistes n’ont pas de complémentaire santé alors que 35 % de la population ont plus de 60 ans. Le CCAS voit passer beaucoup de personnes qui renoncent à des soins, notamment chez les spécialistes, pour des motifs financiers. Cette situation nous a interpellés.

A qui s’adresse cette mutuelle ?

Les publics les plus mal couverts sont les retraités et les personnes sans emploi**. C’est donc pour eux que le dispositif a été pensé en priorité. Mais d’autres personnes, les étudiants, par exemple, peuvent être aussi concernées.

Plus les administrés seront nombreux à souscrire à la mutuelle communale, plus les conditions seront avantageuses, c’est le principe d’une complémentaire mutualisée.

Quel est le rôle de la Ville ?

La Ville sert d’initiatrice et de médiatrice. Elle n’est ni assureur, ni souscripteur de contrat, ni financeur du dispositif, mais elle assure l’interface, se charge du travail de prospection. Il peut être compliqué pour les particuliers de comparer les offres, nous proposons de faire ce travail à leur place.

Et ça ne coûte quasiment rien à la commune hormis quelques dépenses d’instruction et de communication.

Comment vous y prenez-vous ?

Nous nous sommes informés auprès d’autres villes qui avaient elles-mêmes lancé une mutuelle communale. Nous avons également rencontré une association spécialisée dans ce type de contrat (ACTIOM), qui oeuvre au service des communes. Un comité de pilotage va être constitué avec des représentants des professions médicales, le CCAS et des élus, pour analyser les résultats du questionnaire qui est proposé dans ce numéro, élaborer un cahier des charges et enfin choisir la mutuelle compatible avec le projet.

Ensuite, la mutuelle retenue sera présentée en réunion publique et lancée, nous l’espérons, en janvier 2018.

Quels sont les retours des autres communes ?

L’opération semble réussie. à Rochefort-du-Gard, par exemple, les adhérents sont passés de 100 à 400 en deux ans, dans une commune de 7 600 habitants. Les économies peuvent aller de 30 à 50 % des tarifs habituels pour des prestations identiques.