Les chantiers navals

 

Entre restauration de bateaux patrimoniaux, pêche, plaisance ou vedettes fluviales, la construction et la réparation navales sont bien présentes à Douarnenez. Focus sur les chantiers Tanguy, Gléhen et les Ateliers de l'Enfer.

Yves Tanguy : fiers d'avoir fait l'Anna-Rosa

Un chantier naval est un endroit où il y a des compétences et des moyens pour construire ou réparer des bateaux pour le secteur marchand.

yves-tanguyL'entreprise, héritière d'un savoir-faire familial né en 1920 avec un grand-père charpentier de marine à l'île de Sein, compte aujourd'hui de trois à sept salariés selon l'activité.

Le coût d'un bateau se mesure en kilos de pointes, en mètres cubes de bois et en heures de travail.

Le chantier Yves Tanguy réalise, à la demande, catamaran de servitude pour la mairie de Douarnenez, bateaux de pêche ou de plaisance. Mais c'est de plus en plus dur et la clientèle se raréfie.

Ils sont fiers d'avoir fait l'Anna-Rosa, chantier confié par la Ville au Port-musée, qui s'achèvera avec le retour du caboteur au Port-Rhu, le 12 août prochain. C'est un bateau qui a de belles proportions, d'une forme assez moderne.

Gléhen : une cinquantaine de salariés

chantiers-navalsAu chantier Gléhen, né en 1911, le patron de 53 ans est le troisième du nom. Dans le secteur pêche, son entreprise est la plus importante. De la structure coque, en passant par l'hydraulique, la tuyauterie, la menuiserie et les agencements, sa présence permet de faire travailler les sociétés locales MBM Électricité (électricité marine), Thomas Froid (froid maritime de la filière pêche) et la SARL Poénot (électronique).

Avec 50 salariés (entre Douarnenez et Le Guilvinec), et six millions d'euros de CA en 2014, le chantier vient de signer un contrat avec la Direction générale de l'armement (DGA), pour la construction d'un bateau gris de surveillance des pêches de 22 m, destiné à la Guyane, livrable en 2015. Il s'agit de son premier contrat avec l'armée.

Les Ateliers de l'Enfer

Les Ateliers de l'Enfer ne sont pas en secteur concurrentiel. La raison d'être de leur centre de formation est d'apprendre à construire des bateaux.

ateliers-enferOuverts en 1984 autour de trois sections : charpenterie de marine, voilerie et sellerie, les Ateliers fêteront leurs 30 ans en juillet 2014. Fin juin, ils lanceront deux bateaux construits par les stagiaires : l'Annie, un cotre de Carantec et le Keltia II, un canot à vapeur de 6,50 m qui peut transporter six personnes.

L'Anna-Rosa représente un budget de près de 688 000 € sur quatre ans et pas loin de 83 000 € pour le Telenn Mor. Le patrimoine, c'est aussi de l'activité, des emplois, du chiffre d'affaires et une image attractive de Douarnenez auprès des touristes et des visiteurs.