Les goélands, foire aux questions

 

goeland nidLes goélands, oiseaux protégés, font partie du paysage urbain. Cependant, en trop grand nombre, ils causent de fortes gênes : bruit, saletés, dégradations etc.

Chaque année, au printemps, la Ville organise une campagne de stérilisation des œufs de goélands, sous le contrôle du ministère chargé de l’Environnement.

Ci-dessous les réponses à vos interrogations sur cette opération.

---

Pourquoi il y a t il de plus en plus de goélands ?

Deux phénomènes se sont conjugués dans le même temps
: le statut de protection des oiseaux et l'accès de ceux-ci à la nourriture.
- Les goélands sont devenus des oiseaux protégés en 1976.
Avant 1976, toutes les espèces - sauf exceptions - étaient, sous certaines conditions, chassables ou destructibles. Avant les années 1970, le goéland ne se reproduisait que dans les îles.

Depuis 1976, le principe est inversé. Toutes les espèces sont protégées sauf celles figurant sur une liste constamment remise à jour, qui, elles, sont chassables et destructibles à des dates et avec des moyens strictement déterminés.

- Dans le même temps, les goélands prolifèrent dans les villes à cause des ressources alimentaires abondantes : déchets des pêcheries ou ordures ménagères.

Leur milieu naturel originel étant devenu surpeuplé, des colonies sont alors fondées dans les villes côtières. Ensuite suivant les cours d’eau, les goélands se sont établis de plus en plus loin à l’intérieur des terres.

Les deux dernières décennies sont synonymes de crise de la pêche et de fermeture des grandes décharges à ciel ouvert. Les goélands se sont alors se tournés vers les déchets urbains pour se nourrir.

Les goélands argentés, espèces opportunistes, ont su profiter de ce que notre société de consommation produit en énorme quantité : des ordures ménagères !

---

En quoi les goélands sont-ils une nuisance ?

Les goélands :
◦ envahissent les villes de leurs déjections.
◦ génèrent une pollution sonore que certains qualifient d'insupportable.
◦ mettent en péril la sécurité des avions et engins volants.
◦ sont des prédateurs redoutables pour l'ensemble de la petite et de la moyenne faune.
◦ Peuvent être porteurs sains de maladies.

---

Les goélands peuvent ils entraîner des maladies ?

Les mesures de prévention sont généralement adéquates mais ils peuvent être porteurs sains de maladie des oiseaux (ornithoses – maladies des oiseaux).

Les principales maladies pouvant être transmises à l'humain par les goélands sont l'Aspergillose, l'histoplasmose, la salmonellose, la chlamydiose et certains cas d'infection. Ces dernières sont rares et isolées et peuvent le demeurer à l'aide de mesures de prévention.

---

J'ai un nid sur le toit de ma maison, que dois-je faire ?

Les goélands sont des oiseaux protégés, ce qui interdit toute initiative personnelle. Le seul recours est de s'adresser à la mairie.

Dans le détail cela dépend de l'endroit où vous résidez. Si vous habitez dans des secteurs d'intervention systématique – Ceux ayant été traité au moins une fois depuis 4 ans - cf carte - votre toit sera traité sans aucune démarche de votre part, lors des campagnes de stérilisation des œufs de goélands, contrôlées par la Ville.

Si vous habitez dans d'autres secteurs, appelez le 02 98 74 46 30 (services techniques municipaux) pour donner vos coordonnées. Les personnes concernées par l'opération de stérilisation doivent laisser libre accès aux toitures de leurs habitations.

---

J'ai un goéland adulte sur mon toit, que dois-je faire ?

Un goéland adulte sur votre toit ne signifie pas qu'il y niche obligatoirement. Si ce n'est pas le cas, aucune intervention ne peut avoir lieu. Seule une intervention sur les œufs est possible.

---

Il y a un nid sur le toit des voisins que dois-je faire ?

Si vous repérez un nid sur le toit de votre voisin, prévenez-le, afin qu'il contacte, s’il le souhaite, les services de la Ville pour une intervention de stérilisation.

---

Quel est le principe de la stérilisation?

La stérilisation se pratique en aspergeant les œufs d'un produit (huile de colza) qui entraîne l’asphyxie de l’embryon, tout en laissant l’œuf en apparence intact.

Le procédé empêche l’éclosion et limite les possibilités de ponte de remplacement puisque, après le traitement, les oiseaux poursuivent l’incubation parfois bien au-delà de la durée habituelle.

Après plusieurs années d’intervention, une telle opération devrait entraîner une réduction des densités de goélands nicheurs (et donc des perturbations) au niveau des zones traitées, les oiseaux se dispersant après plusieurs échecs de reproduction et s’implantant sur d’autres secteurs moins sensibles.

---

Comment se déroule la stérilisation des œufs ?

Un produit composé d'huile de colza est vaporisé sur toute la surface de l'œuf. L'huile permet de rendre les œufs imperméables, ce qui empêche l'embryon de respirer et évite qu'ils pourrissent. Le produit pénètre à l'intérieur et tue l'œuf. Les œufs restent intacts en apparence mais ils sont stérilisés.

Les goélands continuent de couver les œufs stérilisés une dizaine de jours, avant de pondre une nouvelle fois. Dix jours, c'est le délai attendu par les cordistes pour réaliser un deuxième passage, afin de stériliser cette nouvelle ponte.

---

Pourquoi ne pas retirer les œufs tout simplement ?

Il est interdit de tuer les goélands, de supprimer les nids ou de supprimer leurs œufs car c'est une espèce protégée. Seule la stérilisation des œufs est autorisée.

Si les goélands n'ont plus d'œuf, ils pondent à nouveau. De même s'ils s'aperçoivent que leurs œufs sont morts. C'est la raison pour laquelle est utilisée une méthode qui rend invisible la mort de l'œuf. Les goélands n'ont qu'un mois pour pondre, entre mai et juin. Passé ce délai, ils ne pondent plus avant l'année suivante.

---

Combien coûte une opération de stérilisation des œufs ?

◦ À l'issue d'un appel d'offres, l'entreprise « les alpinistes Brestois » a été retenue sur la base de prix suivante
◦ environ 20 euros par œuf à Douarnenez
◦ au total 12 000 € HT par an pour la Ville de Douarnenez.

---

Y a t-il d'autres techniques pour réguler les populations de goélands ?

Le travail n'est pas aisé tant les goélands sont des oiseaux intelligents. De nombreux témoignages le confirment ; ils sont capables de reconnaître la voiture du personnel stérilisateur dans le flot de la circulation urbaine et de se mettre à alarmer à l'unisson.

Les études comparatives ont montré que :

◦ L'effarouchement sonore et/ou visuel est une technique totalement inefficace.
◦ La fauconnerie c'est une technique chère et moyennement efficace.
◦ Une variante de la fauconnerie est de faciliter l'installation d'un faucon pèlerin sur un secteur très fréquenté – il existe des faucons pèlerin sur la baie de Douarnenez ( cap sizun, presqu'ile de Crozon) il est donc inutile de chercher à les implanter sur Douarnenez)
◦ Les œufs factices - cette méthode a été évalué sur Brest les faibles résultats – disparition des œufs mais pas des goélands n'en font pas une solution d'avenir.
◦ Le nettoyage régulier des toitures est utile mais limité
◦ la pose d'équipements de type filets ou piques ne suffit pas, les goelands s'adaptent
◦ favoriser leur transfert vers des territoires plus « originels », est une solution cohérente et d'avenir mais insuffisante à ce jour.
◦ Favoriser l'installation du goeland marin favorise un prédateur efficace.

D'autres solutions sont en cours d'expérimentation, mais la réduction de l'alimentation (réduction des déchets etc...) reste LA solution de fond.

---

Comment puis-je participer à la maîtrise de population des goélands ?

◦ ne nourrissez pas les animaux
◦ ne sortez les sacs de déchets qu'au dernier moment avant la venue du service de régurgitation
◦ maintenez vos toits et terrasses propres
◦ signalez les nids ne les détruisez pas
◦ protégez vos toits, nettoyez les.
◦ évitez les aménagements de toiture favorables à la nidification, ( toits plats, ou végétalisés, ne pas nettoyer son toit...).

---

Pourquoi la technique de la stérilisation est-elle privilégiée ?

◦ Il n'y a pas ou peu de pontes de remplacement
◦ Quand il y a moins de petits, le bruit est moindre
◦ Au bout de plusieurs années infructueuses la femelle abandonne et va vers des lieux propices
◦ Les sites perdent de leur pouvoir d'attraction
◦ Le taux d'efficacité est situé entre 98 et 100 %

---

Quels sont les résultats de la stérilisation des œufs ?

Après une diminution de la population les 4 à 5 premières années, on observe qu’il n’y a plus de diminution de la population d’oiseaux mais il y a un éclatement de la population d’oiseaux vers de nouveaux sites jusqu’alors non utilisés par les goélands : on observe surtout une fragmentation, un éparpillement de la population sur une plus grande surface de la ville voire une colonisation de villes voisines, de régions voisines ou de pays voisins. Des goélands bagués en Angleterre, ont été observés lors de stérilisation en France.

---

Combien de temps dure la campagne de stérilisation ?

La stérilisation se traduit par 2 passages sur une période de 3 semaines entre avril et juin. Plus tôt de nombreux nids sont encore vides.

---

Comment sont connus l'emplacement des nids ?

Au fil des années, les adresses sont collectées et réutilisées l'année suivante. Le goéland est fidèle à son emplacement. Sinon, ce sont les habitants qui le signalent à la mairie. Il y a des secteurs plus touchés que d'autres.

---

Les goélands reviennent-ils toujours au même endroit ?

Les goélands sont fidèles : ils ont toujours le même partenaire et nichent toujours au même endroit. Sauf lorsque la ponte n'a pas fonctionné. C'est le cas en stérilisant les nids et en rendant les pontes infructueuses. Au bout d'un moment, la femelle se trouve un autre mâle et un autre nid. Cela peut prendre de un à trois ans.

---

Pourquoi les goélands sont-ils toujours protégés alors qu'il y en a de plus en plus ?

Il y a beaucoup de goélands dans les villes mais, globalement, la population de goélands est au mieux stable voire diminue en général en Europe, en Angleterre et en France en particulier.

Quand les goélands des îles crient famine, ceux des villes s’en sortent très bien. A Brest, ces oiseaux affichent une fécondité annuelle moyenne de 1,5 jeune par couple, contre 0,3 pour ceux de l’archipel de Molène, c'est à dire 5 fois moins dans les îles que dans une ville côtière.

---

Comment reconnaître un goéland ?

Dans nos contrées, on recense trois espèces de goélands : le goéland brun, le goéland marin, le goéland argenté. Caractéristiques communes aux différentes espèces de goélands vivants en France.

Les goélands :
▪ sont des laridés, de laros en grec qui voulait dire rapace de la mer ;
▪ ont une allure en vol qui est caractérisée par la légèreté et l'impression de facilité ;
▪ nagent mais plongent peu ;
▪ regagnent le soir leurs dortoirs après avoir passé la journée à la recherche de leur nourriture ;
▪ nichent sur le sol, en général à proximité de la mer, mais aussi en ce qui concerne les goélands argentés de plus en plus à l'intérieur des terres.

Les trois espèces se sont implantées en milieu urbain depuis les années 1970. Les villes littorales ne sont pas les seules colonisées et il existe également plusieurs colonies urbaines continentales. En France continentale, la reproduction des goélands est également constatée en milieu naturel. C’est surtout le goéland leucophée qui est présent dans ces localités intérieures.

---

Les goélands immatures

▪ Les immatures sont marrons et donnent l'impression d'être sales.
▪ Ce n'est qu'entre 2 et 4 ans qu'ils prennent leurs couleurs définitives.
▪ Pour les goélands, l'univers sonore est très important dans la communication sociale en particulier au moment des parades ainsi que dans la défense du territoire au moment des nids.

---

Quelles sont les espèces de goélands observables sur Douarnenez ?

▪ Le goéland argenté (larus argentatus)*
C'est le plus envahissant. Il est grand, jusqu'à 150 cm d'envergure. Son dos et sa couverture alaire sont gris. Ses pattes sont roses ou jaunes suivant les sous-espèces. Le bec est jaune avec un point rouge sur la partie inférieure. Pour les anglais, il est le Herring gull (herring signifie hareng en anglais) ce qui montre qu'il est parfaitement capable de pêcher.

▪ Le goéland brun (Larus fuscus)
Il est grand avec une taille de 55 cm et une envergure de 135 cm. Il n'est pas brun mais il a un corps blanc, une tête blanche. Son dos est gris foncé ou noir (d'où un risque de confusion avec le goéland marin). La mandibule inférieure du bec est ponctuée de rouge. Les pattes sont jaunes.

▪ Le goéland marin (larus marinus)
C'est le plus grand. Il mesure presque 80 cm pour une envergure allant jusqu'à 180 cm. Il se distingue par son manteau noir. Son bec de couleur jaune avec un point rouge à la mandibule inférieure, parait plus fort que celui des autres goélands. Ses pattes sont roses.

C'est sûrement en l'observant que les grecs appelaient laridés cette famille d'oiseaux. En grec, laros, signifie rapace de la mer. Cette appellation lui va très bien quand on sait qu'il est capable de faire ventre de proies vivantes beaucoup plus grosses que lui.

---

Quelle est la différence une mouette et un goéland ?

Les mouettes qui sont elles aussi des laridés. Les différences ?
- La taille justifie les deux appellations. Les mouettes sont plus petites que les goélands.
- Les mouettes ne montrent pas la même habitude à nicher dans les villes et sur les toits en particulier.

Parmi les laridés, le plus le grand est le goéland marin. Le plus petit est la mouette pygmée (tous les deux sont présents en France). Il existe de par le monde 31 espèces de goélands et 18 espèces de mouettes. En France on ne rencontre que 5 espèces de goélands et 3 de mouettes.

---

Les goélands ont-ils des prédateurs ?

Les goélands à l'état adulte n'ont pratiquement pas, sous nos latitudes, de prédateurs marins (à part le goéland marin lui-même qui est capable de s'attaquer à ses cousins).

A terre, ils résistent mal aux grands rapaces sauvages (faucons, autours) et aux oiseaux de fauconnerie. Mais l'homme reste le principal prédateur du goéland argenté.

---

L’Homme, un danger pour les goélands ? Ou le goéland danger pour l'homme ?

De nos jours, les goélands n'ont plus grand chose à craindre des hommes.

Autrefois en Scandinavie, les paysans et les pêcheurs tiraient parti des immenses colonies qui nichaient sur leurs falaises. Les œufs étaient pour certains l'essentiel de leurs revenus.

Les plumes des goélands et des mouettes étaient utilisées comme on utilise le duvet d'eider pour faire des édredons (le mot édredon vient d'eider qui désigne un gros canard marin au duvet extrêmement chaud).

Au Pays-Bas et au Groenland, il était courant de servir du ragoût de jeune goéland.
Les goélands comme tous les oiseaux de mer sont les victimes de masse des pollutions marines, en particulier des marées noires.

Les hommes nourrissent les goélands. Parfois à leur insu, il est courant d'observer des goélands qui savent tirer parti des coquillages qui tombent à l'occasion des déchargements de la pêche. Ils saisissent une praire dans le bec et le montent suffisamment haut pour que la coquille, lorsqu'ils la relâchent sur le granit du quai, se brise. Ils peuvent alors se repaître de la chair du coquillage.

Trop souvent en les nourrissant directement. Par exemple en leur donnant des morceaux de pain jetés lors d'un repas.

Des attitudes agressives de plus en plus fréquentes chez les goélands. La presse relate de plus en plus souvent des épisodes notamment dans les zones touristiques de chapardage de nourriture par des goélands.

Si le goéland montre des velléités d'agression, il faut se tenir debout en étendant les bras en croix.

---

Quels sont les périodes de reproduction ?

Sur le littoral Manche-Atlantique, les premiers goélands recommencent à fréquenter les colonies dès décembre ou janvier (goélands marins d’abord, suivis par les goélands argentés puis par les goélands bruns).

C’est surtout en février-mars que les oiseaux s’installent et que les couples se forment.
La désertion des colonies se produit en juillet-août.

Les premières pontes de goélands argentés sont généralement notées vers la mi-avril en Bretagne, exceptionnellement plus tôt, et la date moyenne des pontes se situe entre la fin avril et la mi-mai selon les années et les colonies. Les pontes tardives déposées en juin sont souvent vouées à l’échec.

L’incubation dure en moyenne 26-28 jours et l’envol des jeunes se produit généralement vers 6 à 8 semaines.

---

Quels sont les habitats que les goélands apprécient pour leur reproduction ?

Les goélands s’installent dans des habitats très diversifiés pour la reproduction. Historiquement confinés aux îles et îlots marins, ils ont progressivement colonisé d’autres milieux littoraux (falaises, marais, etc.). Puis ils ont encore diversifié leurs habitats en s’installant sur les toits en ville.

En milieu urbain, les goélands construisent leurs nids sur des endroits très variés, sur des toits plats, entre des mitrons de cheminées, adossés à divers éléments sur des toitures en pente (aération, lanterneau, etc.), dans des chéneaux d’évacuation des eaux pluviales, etc.

Sur une même ville, la répartition des goélands nicheurs est rarement homogène. Il existe des quartiers avec des effectifs importants, et plus ou moins concentrés sur certains toits, et d’autres quartiers où les goélands sont beaucoup plus dispersés.

---

Questions réponses - usage d'un drone

- Pour quoi le drone a-t-il été choisi pour stériliser les œufs de goélands ?
Cette technologie permet d’identifier et localiser les nids des goélands sur les toits, à une altitude de 5 à 10 m. Cela permet de rendre le repérage moins dangereux, vu la difficulté et la dangerosité d’accès aux toitures (mauvais état, absence des occupants du dernier étage…).

- A quelle distance s’effectuera le traitement ?
Il se fera à une hauteur comprise entre 0.5 et 1m entre le pulvérisateur et les nids.

- Les œufs d’autres espèces ne risquent-ils pas d’être impactés ?
Non, une formation a été effectuée par la société avec le Groupe Ornithologique Normand (GoNm) pour bien distinguer les différentes espèces de Goélands.

- De quoi est composé le traitement ?
Il est composé d’une huile végétale permettant la stérilisation des œufs de goélands.

- Quel risque ce traitement peut-il présenter ?
il n’y a ni risque pour l’oisillon, puisque les œufs sont seulement en incubation, ni pour les adultes. En revanche, le produit pulvérisé empêche l’œuf d’éclore en obstruant ses pores.

- Vu qu’un drone est utilisé, cela ne va-t-il pas impacter ma vie personnelle ?
Non, la société Vortex Drone est tenue au secret professionnel, votre vie privée sera respectée. La caméra est en vision déportée, seul l’opérateur chargé du repérage des nids a accès aux images.

---

Origines des informations :
Sites Internet des villes de Brest et Le Havre.

Divers rapports sur les opérations conduites pour limiter les populations de goélands argentés.

Divers articles de Bernard Cadiou – ornithologue – spécialiste des oiseaux marins à l’association « Bretagne Vivante –SEPNB ».