En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Les cookies permettent, par exemple, de réaliser nos statistiques de visites du site. En savoir plus

J'ai compris
Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Pinterest
Retrouvez-nous sur Facebook

Des dauphins en baie de Douarnenez

 

La mer d'Iroise offre des conditions d'habitat propices aux mammifères marins. Ces animaux, qui rassemblent les dauphins, baleines et phoques, sont des témoins de la bonne santé du milieu car ils sont au sommet de la chaîne alimentaire. Ils présentent donc un grand intérêt pour les scientifiques et sont également faciles à observer pour le public.

dauphins dzLe Parc naturel marin d'Iroise assure le suivi du grand dauphin et du phoque gris : identification, comptage, interactions avec la pêche, surveillance du dérangement... Outre ces deux espèces résidentes dans la chaussée de Sein et dans l'archipel de Molène, plusieurs autres, comme le dauphin commun et le marsouin, fréquentent la zone. De même, le petit
rorqual ou l'orque passent régulièrement en Iroise lors de migrations.

La baie de Douarnenez accueille aussi des groupes conséquents de dauphins communs, attirés par les bancs de poisson bleu, et le grand dauphin « Randy » qu'on ne présente plus.

La position abritée de la baie semble également intéresser depuis quelque temps une espèce plus rare et furtive. Un groupe de dauphins de Risso a en effet été observé à de nombreuses reprises cet été dans la partie nord de la baie, entre l'Aber et le cap de la Chèvre, et même aux abords de l'île Tristan.

Le dauphin de Risso peut atteindre 4 mètres et est facilement reconnaissable à sa robe grise marquée de nombreuses cicatrices. Il possède un très grand aileron dorsal et un petit rostre (museau).

Il se nourrit exclusivement de céphalopodes (calamars, seiches) ce qui pourrait expliquer sa présence régulière en baie, où quinze individus ont été recensés, dont deux jeunes. C'est une espèce qui fréquente plus volontiers le large et que l'on connaît mal.

Le Parc marin cherche aujourd'hui à en savoir plus, grâce à des suivis, mais compte aussi sur les observations des différents usagers de la mer.