L'empreinte de Rome, le littoral breton pendant l'Antiquité

 

lempreintederome visuelportraitL'empreinte de Rome, le littoral breton pendant l'Antiquité, exposition du 12 juin 2018 au 3 novembre 2019.

Longtemps perçue comme une région peu romanisée, la péninsule armoricaine dévoile aujourd’hui aux scientifiques un tout autre visage : cette pointe avancée de la province lyonnaise a connu une intégration complète à l’Empire romain.

L’occupation de son vaste littoral, manifestement pourvoyeur de richesses, intégré à de vastes réseaux d’échanges, constitue une vraie singularité.

Organisée depuis des chefs lieux, parsemée de ports et de stations littorales, sa côte voit s’édifier de puissants bâtiments, à la fois structures de production, de domination et de profit.

Usines de transformation des produits de la pêche, villas maritimes et forts militaires émergent sous le contrôle d’une élite sociale puissante, à l’image du plus ancien Douarneniste connu, Caius Varenius Varus, dont le nom figure sur une dédicace à Neptune.

L’exposition questionne et actualise les connaissances archéologiques, invitant les visiteurs à un voyage temporel de 2000 ans.

Sur plus de 600 m2, grâce à des maquettes toporographiques, différents objets issus de fouilles archéologiques et des applications numériques en réalité augmentée, le visiteur appréhende le rôle majeur des ports bretons dans le système économique antique, étroitement lié à la proximité géographique de la province de Bretagne, l’autre Bretagne située au-delà de la Manche.

A parcourir pour plus d'informations, l'article Douarnenez sur les traces de sa romanité.

Retrouvez également l'interview de Kellig-Yann Cotto, le directeur du Port-Musée, parue sur l'émission "9h50 le matin", sur France 3 Bretagne, le 6 septembre 2018.

Le Port-Musée a aussi publié un dossier de presse pour en savoir plus sur cette exposition, à consulter ici.