Depuis la rentrée... l’école municipale des sports fait carton plein

 

Chaque mercredi, près d’une cinquantaine d’enfants de 7 à 10 ans rejoignent la salle Jules-Verne et le Centre nautique pour une découverte ludique d’activités sportives, mêlant jeux de ballon, roller, badminton ou encore évolutions gymniques, tennis de table et voile. De quoi donner aux sportifs en herbe l’envie de bouger durablement, sous la conduite d’éducateurs sportifs diplômés d’État.

photo accroche

Ils s’appellent Malou, Lola, Clément, ou encore Robin et Alya. Avec leurs copains, ils viennent grossir chaque mercredi les rangs de l’école des sports ouverte par la Ville depuis le 12 septembre. « Nous ne savions pas trop quel accueil serait réservé à notre proposition », raconte Thomas Le Canu, éducateur sportif, à l’évocation de cette nouvelle activité extra-scolaire destinée à tous les enfants du Pays de Douarnenez, du CE1 au CM2. « Nous avons pourtant très rapidement rempli les quarante-huit places disponibles, avec d’excellents échos de la part des parents. »

jeux de relais et courses en salleLa confiance
Ce mercredi, à l’entrée de la salle Jules-Verne, Sandrine, une maman venue accompagner son fils de 7 ans le confirme : « Je ne voulais pas inscrire Ulysse à une activité, parce que je n’étais pas sûre qu’il aurait pu la suivre toute l’année. Alors qu’avec cette école municipale des sports, il a accès à plusieurs activités différentes, à des tarifs intéressants. Ça lui permet aussi de retrouver des copains. En plus, ajoute-t-elle, il connaissait déjà les animateurs sportifs côtoyés l’an dernier dans les Tap. C’est un point qui a tout de suite mis mon fils en confiance. »

Apprentissages ludiques
« Le but de cette école, poursuit de son côté Bertrand Poulmarc’h, maire adjoint aux sports, présent à la salle Jules-Verne, est de permettre aux enfants de tester un large panel d’activités sportives, qu’elles soient individuelles ou collectives. À chacun de choisir celle qui lui convient le mieux, au travers d’apprentissages ludiques mais aussi techniques. Toutefois, insiste l’élu, l’objectif de cette école est avant tout de privilégier la notion de plaisir sur celle de la compétition. »

Courir vite
Jusqu’à la Toussaint, durant six semaines, les CE1-CE2 auront suivi une première approche tout en douceur à la salle Jules-Verne avec Yves Kervarec. « Aujourd’hui, explique l’éducateur, la séance est organisée autour d’exercices de motricité. Ensuite, il va s’agir d’apprendre aux enfants à courir vite, en essayant de ne pas ralentir au fil des obstacles semés sur leur parcours. Puis nous finirons par un relais. » « Tout cela, précise-t-il, peut sembler un peu moins ludique au départ. Mais ce que nous cherchons à faire c’est d’apprendre aux enfants à trouver leurs appuis, avant d’accéder au sport de leur choix. Courir, par exemple, ne se fait pas naturellement et avoir de bons appuis va permettre ensuite aux enfants d’optimiser leurs déplacements. Une qualité qui leur sera nécessaire, quelle que soit l’activité sportive qu’ils auront choisie de poursuivre. »

Une passerelle
Pour sa part, Thomas Le Canu prendra le relais après la Toussaint. « J’interviendrai avec du roller et du badminton pour les CM1-CM2. Je proposerai aussi des jeux de ballon pour les plus jeunes de CE1-CE2. Ce qui permettra une première approche des sports d’équipe avec du maniement de ballon, l’apprentissage du jeu collectif, etc. Il s’agit, explique l’éducateur, de découvrir le sport de manière sympathique, dans une pratique
de loisirs, sans esprit de compétition. Mais avec l’idée d’offrir une passerelle aux enfants pour qu’ils intègrent un club, l’an prochain, s’ils le souhaitent. »

Maturité
« Pour le moment, poursuit Thomas Le Canu, les enfants sont dans des petits groupes de douze. Ils ne se connaissent pas et viennent d’un peu partout sur le territoire. C’est l’occasion pour eux de se faire de nouveaux copains et de s’habituer à de nouvelles façons de travailler. »

« Leur passage à l’école municipale des sports permettra aussi à ces enfants d’acquérir une certaine maturité », renchérit de son côté Sébastien Loussot, le directeur du Service des sports. « Intégrer un club et participer d’entrée de jeu à des compétitions n’est pas toujours simple. Il arrive que l’on perde et il faut alors savoir accepter la défaite. »

debuts voile

Réservoir de licenciés
Entre-temps, les enfants de CM1-CM2 auront découvert les premières notions de navigation sur Optimist, avec les moniteurs de voile Guillaume, Marc et Bruno. « C’est juste une approche et une découverte ludiques, insiste à son tour Denis Poulelaouen, le directeur technique du Centre nautique. Ensuite, si les enfants sont intéressés, nous pouvons leur proposer une activité voile un peu plus poussée. Pour l’après, ces jeunes pourront constituer un réservoir de licenciés pour les clubs. Cette école municipale des sports est une sorte de tremplin et c’est gagnant pour tout le monde. »

equipe centre nautique

Des tarifs accessibles
« À Douarnenez, rappelle Bertrand Poulmarc’h, adjoint aux sports, nous avons la chance de compter parmi les effectifs municipaux, deux éducateurs diplômés d’État dont les compétences, utiles dans un tel projet, pourront bénéficier directement aux enfants. Par ailleurs, il était important que les revenus des parents ne soient pas un facteur discriminant. C’est pourquoi nous avons soigneusement étudié les tarifs d’accès, de 36 € à 66 € selon le quotient familial, de façon à ce que chaque enfant puisse en bénéficier. »