En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Les cookies permettent, par exemple, de réaliser nos statistiques de visites du site. En savoir plus

J'ai compris
Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur Pinterest
Retrouvez-nous sur Facebook

Aménagement : l’anse de Pouldavid en première ligne

 

Un dragage d’entretien de la ria va être effectué en ce début d’année de part et d’autre du pont de la voie verte. Une opération qui permettra de rétablir la navigabilité et l’attractivité de cette partie de l’anse de Pouldavid.

dragage pouldavid

« L’objectif du chantier de dragage, explique David Dorman, directeur des Services techniques municipaux, est de restituer la navigabilité de la ria pour que les bateaux puissent manoeuvrer du Port-Rhu jusqu’à la cale des chantiers navals Tanguy. Les sédiments à extraire sont constitués de particules entraînées par de fortes averses. Elles aboutissent dans l’anse où, faute d’un courant suffi sant, elles finissent par se déposer sur le fond. »

1 - Un terre-plein réhabilité

Environ 2 400 m³ de sédiments seront déplacés vers un terre-plein déjà existant, en contrebas du pont, qui sera réhabilité et servira de lieu de stockage pour du matériel portuaire.

«Tout se fera par voie maritime via une barge, avec très peu de déplacements et donc aucune émission de CO2, indique de son côté Alain Coyat, directeur général adjoint de la Ville.»

2 - Des géotubes

Pour contenir toute pollution, les sédiments seront placés dans des poches faites de textiles synthétiques. « Ce sont des géotubes de 1,50 m de haut dans lesquels la drague enverra sable et vase aspirés depuis le fond. Ensuite, précise David Dorman, il faudra attendre la déshydratation et la stabilisation de cette matière pendant plusieurs mois. Les espaces entre les tubes seront alors comblés, et une couche de 50 cm de beaux matériaux recouvrira le tout d’ici l’été. »

3 - Une aire de pique-nique

Dans 5 ans, une nouvelle opération de dragage d’entretien sera lancée pour l’extraction d’environ 2 500 m3 et la création d’un deuxième terre-plein prévu à proximité du cimetière à bateaux.

« Une aire de pique-nique, accessible par un petit chemin piétonnier depuis la voie verte, sera accessible. Ce qui donnera un nouvel intérêt touristique à ce lieu », commente Alain Coyat.

Au total, près de 6 900 m3 seront dragués sur une période de 10 ans. Un chantier financé sur les fonds propres de la municipalité, pour un coût de 357 734 € H.T. pour la seule année 2018.