Rosmeur / Lannugat - Terreau d’une mosaïque de Douarnenez d’entreprises

 

photo 1 rosmeur

À Douarnenez, les grands pôles économiques sont essentiellement le port du Rosmeur et la zone de Lannugat, nouvellement agrandie en 2018. Ces deux zones d’activités, terreau d’une mosaïque d’entreprises dynamiques et stables, totalisent près de 2 480 emplois.

Depuis toujours, la tradition de la pêche sardinière et les débouchés importants représentés par les conserveries et l’entreprise Makfroid, sont liés au port du Rosmeur. Port en eaux profondes et site de débarquement avancé, majeur pour les flottilles françaises et étrangères, il est essentiel aux bolincheurs locaux et au fonctionnement des criées de Cornouaille dans une logique interportuaire.

Près de 1 280 emplois portuaires

Au nord, le grand bassin regroupe les activités de pêche et de commerce. Au total, 1 280 emplois portuaires répartis sur le terre-plein, selon l’Insee. Les navires et équipages bénéficient d’une chaîne de services : remorqueur, approvisionnement en glace (40 tonnes par jour), atelier de mécanique, chantier de construction et réparation navale (Chantier Gléhen), avitaillement en gazole (Ysblue) et marchandises diverses.

Entre tradition et modernité

Une halle à marée de 3 000 m² rassemble des bureaux, une halle des ventes et plusieurs poissonneries. «En tout, 21 entreprises de services, artisanales ou industrielles, liées au monde de la mer», confirme Romain Sergent, chargé du développement économique à Douarnenez communauté.

Au sud, le bassin du Rosmeur abrite les navires de plaisance et de pêche côtière pour environ 250 places de mouillage, en complément des ports communaux de Tréboul et du Port-Rhu. La mairie et la Communauté de communes, conscientes de cette synergie du petit et du grand port, mettent tout en oeuvre pour y faciliter la cohabitation des différents usagers.

Héberger de nouvelles activités

Certains bâtiments inoccupés du port pourraient héberger de nouvelles activités maritimes. « D’ici la fin de l’année, explique Romain Sergent, une étude pour la réhabilitation des bâtiments de France Langouste sera mise en oeuvre. La chambre de Commerce et d’Industrie en resterait propriétaire, mais la collectivité financerait les travaux. C’est une volonté des élus de faire bouger les choses. » Un premier pas, sans doute, vers un nouvel essor économique du port.

comptoir de la merComptoir de la mer

Implanté sur le terre-plein du port depuis le 2 mai 2016, le Comptoir de la mer, compte entre 6 et 9 salariés, et attire pêcheurs amateurs, professionnels, plaisanciers ou simples promeneurs. Spécialisé dans le commerce de détails d’articles de sport, il a su se réinventer en proposant une large gamme de produits du terroir. Un lieu incontournable des ports maritimes.

La Maison de la sardine

Vitrine de la filiale Chancerelle, la boutique s’étend aujourd’hui sur 160 m² (dont 130 m² de surface de vente) et compte 15 à 20 salariés. Son espace de dégustation et la pédagogie ont été imaginés avec des projections de films halieutiques. La société Pointe de Penmarc’h est aujourd’hui l’une des toutes premières dans le domaine de la vente à distance (90 % du chiffre d’affaires) et du commerce, avec les épiceries fines.

---

Lannugat, principal pôle économique de Douarnenez communauté

Véritable poumon économique du territoire, la zone de Lannugat affiche, sur près de 40 ha, un réel dynamisme entrepreneurial. À plusieurs usines agro-alimentaires s’ajoutent activités artisanales, services et équipements publics (déchetterie intercommunale).

Des entreprises, mais pas seulement

« Nous comptons à ce jour 31 entreprises, dont 11 dans le parc d’activités de Lannugat Nord et 20 dans la zone industrielle », résume Romain Sergent. Parmi elles, garagiste, paysagiste, ambulancier, conserveries industrielle ou artisanale, entreprises de maçonnerie et de construction, de métallerie ou de conditionnement, et d’électricité générale. Mais aussi quelques entreprises de l’économie sociale et solidaire telles que Kan-ar-Mor ou Abi 29.

Signes de croissance

À la fin des années 2000, l’aménagement du lotissement de Lannugat Nord a permis l’éclosion d’entités supplémentaires, avec un impact certain sur l’emploi (1 200 à ce jour, selon l’Insee), dont 200 salariés d’Éolane, spécialisée dans la recherche et le développement de systèmes électroniques, la maison Chancerelle (voir ci-après), et la société Franpac qui va s’étendre prochainement à Lannugat. Autre signe de croissance pour le parc d’activités, l’achat au printemps 2018, par Douarnenez communauté, de près d’un hectare supplémentaire.

À Chancerelle, la durabilité de l’emploi

Depuis le creuset historique du Rosmeur, Chancerelle s’est agrandie, il y a six ans, en s’installant sur la zone d’activité. Premier recruteur du bassin de Douarnenez, 850 salariés y travaillent actuellement, contre 350 en 2012.

Vendredi 22 mars 2019, 75 d’entre eux ont été médaillés lors d’une cérémonie, récompensant ainsi jusqu’à 40 années de fidélité et d’implication dans l’entreprise. Nombre exceptionnel de mises à l’honneur, témoignant d’un climat social favorable à la durabilité de l’emploi.

chancerelle travail recompense