La plage du Ris sous surveillance

 

Le positionnement de la plage du Ris, en fond de baie, peu brassée par les courants marins, la rend vulnérable à des épisodes de pollution bactériologique amenés par le ruisseau du Nevet. Elle fait donc l’objet de la plus grande vigilance de la part de la Ville de Douarnenez, garante des bonnes conditions sanitaires de baignade sur les plages de la commune.

En 2019, en application de la directive européenne 2006/7/CE, la plage du Ris a dû être fermée à la baignade de façon permanente sur décision préfectorale. En effet, les eaux de baignade ont été classées de qualité insuffisante par l’ARS durant cinq années consécutives (2014-18).

ris 1

Les conditions de réouverture prises en compte par la directive européenne sont les suivantes :
- une gestion active des eaux de baignade
- des recherches pour identifier les sources de pollution
- des actions concrètes pour limiter ces épisodes de pollution
+ des résultats positifs d’amélioration avérée de la qualité des eaux de baignade

Au cours de l’année 2019, toutes ces conditions ont été réunies et ont amené la Préfecture à autoriser la réouverture de la plage du Ris pour la saison 2020, à compter du 11 mai (sortie du confinement).

Néanmoins, la saison 2020 sera déterminante pour l’avenir de la plage du Ris. C’est pourquoi la Ville de Douarnenez et ses partenaires (EPAB, Douarnenez Communauté, Parc naturel marin d’Iroise) doivent poursuivre leurs efforts pour assurer de façon pérenne un accès sécurisé à la baignade sur la plage du Ris.

Une gestion préventive du site de baignade

Afin d’être plus autonome et proactive sur la décision d’interdiction de baignade, la Ville de Douarnenez s’est donnée les moyens de procéder à ses propres analyses et de définir ses propres critères de surveillance depuis 2015.

L’objectif est d’interdire temporairement la baignade non pas seulement lorsque l’épisode de pollution est survenu, mais plutôt de façon préventive, lorsqu'un risque de pollution est suspecté.

L’enjeu des prochaines années est de réduire les concentrations bactériennes observées dans le Nevet mais aussi de cerner encore mieux les conditions menant à des contaminations de la plage.

Une procédure de suivi affinée en 2020

Chaque année, la Ville de Douarnenez progresse dans sa connaissance du site et affine sa procédure de suivi sanitaire. Elle est accompagnée par le bureau d’étude Rivages Protech, qui a est à l’origine du nouveau profil de vulnérabilité de la zone de baignade.

Jusqu’à présent, la Ville s’appuyait uniquement sur la pluviométrie pour anticiper les potentiels épisodes de pollution. A partir de cette saison 2020, un deuxième paramètre est pris en compte dans le cadre de la gestion préventive du Ris : la conductivité.

La conductivité est liée au taux de salinité de l’eau de baignade. Une baisse significative de la conductivité indique une présence accrue des eaux du Névet en zone de baignade. Les eaux de rivière étant naturellement plus chargées en bactéries, cet indicateur permet d'alerter sur un potentiel épisode de contamination bactériologique.

Ainsi, conformément au protocole adopté par la Ville en 2020, la baignade pourra être temporairement interdite sur plage du Ris à titre préventif :

- dès lors que le seuil pluviométrique de 6,4mm sur 24h sera dépassé,
- dès lors que la conductivité mesurée en zone de baignade sera inférieure à 50,9mS/cm (milli siemens par centimètre).

Une sémantique importante

Dans le cadre de cette gestion préventive du site du Ris, la sémantique utilisée par la Ville est bien celle d’une « interdiction temporaire de baignade, à titre préventif », et non d’une « fermeture de la plage », comme cela est souvent interprété par le public.

Si la baignade est interdite, la plage du Ris reste accessible au public, qui peut s’y promener à loisir et profiter de la beauté du site.

Les mesures préventives adoptées cette saison pourront entraîner de nombreuses interdictions ponctuelles de baignade, en application du principe de précaution. Bien que contraignantes, ces mesures ont pour seul objectif de sécuriser les conditions de baignade et assurer une ouverture sur le long terme de la plage du Ris. Si la saison 2020 confirme la bonne tendance observée depuis 2018 il sera possible de mettre en place une gestion préventive moins restrictive dès 2021.

Ces interdictions préventives de baignade ne remettent pas en cause la bonne qualité de l'eau observée depuis 2018 sur la plage du Ris, comme en attestent les résultats d’analyse de l’ARS.

Annexe : résultats ARS de la saison estivale pour les années 2018 et 2019.

Le ramassage des algues vertes

Jusqu'à la saison 2019, la procédure de ramassage des algues vertes de la Ville était la suivante : les ramassages étaient réalisés à coefficient décroissant de marée car, dans ce cas, les algues fraîchement déposées sur le sable ne pouvaient être récupérées par la marée montante. Le ramassage était alors systématique dès lors qu’une couche d’algue suffisamment épaisse se formait en haut de plage.

ris 2

A partir de la saison 2020, il a été décidé par la Ville de Douarnenez en Commission environnement de procéder au ramassage dès que les conditions sont réunies, à marée montante comme à marée descendante.

De cette façon, nous évitons que les algues repartent en mer et s'échouent à nouveau sur la plage du RIs ou ailleurs.

Les agents de la Ville surveillent quotidiennement la plage et, dès que nécessaire, planifient un ramassage par le biais de l'entreprise Kerivel.

Depuis le début de la saison, neuf ramassages ont été effectués entre le 30 mai et le 14 août 2020, pour 695 m3 d'algues vertes emmenées vers la plateforme de co-compostage de Keriolet, gérée par Douarnenez Communauté.

Pour rappel, les algues vertes immergées dans l'eau ou fraîchement déposées, moins de 48h, en couche fine sur le sable ne présentent pas de risque.

C’est lorsque les algues vertes s’accumulent et se dessèchent, formant des bourrelets recouverts d'une croûte blanchâtre que le danger se présente. En effet, à l'intérieur de cette croûte, les algues restées humides se décomposent à l'abri de l'air, entraînant une fermentation qui produit du gaz, notamment du sulfure d'hydrogène (H2S).

Il est alors recommandé de ne pas marcher sur les algues desséchées, de contourner la zone d'échouage et de ramassage pendant les opérations.