Quelles actions pour la plage du Ris en 2019 ?

 

Bien que fermée à la baignade la saison dernière, la plage du Ris a fait l’objet d’une grande attention, avec l’espoir d’une réouverture au printemps 2020. La décision revient à la Préfecture, qui se prononcera dans les semaines à venir. Un point joue en notre faveur : les analyses réalisées par l’Agence Régionale de Santé (ARS) durant la saison 2019 permettent à la plage du Ris de retrouver un classement de qualité suffisante.

Mais le verdict de la Préfecture dépendra avant tout des actions que la Ville et ses partenaires mènent pour améliorer la qualité des eaux de baignade du site, et de leurs engagements pour les années à venir.

plage du ris

Prévention
Du 15 juin au 15 septembre 2019, la Ville a intensifié sa campagne d’analyse des eaux de baignade. Elle a également initié un protocole spécifique, lors de fortes pluies, consistant à effectuer des prélèvements toutes les 4 h, pendant 48 h.

De plus, le paramètre conductivité* a été intégré à ses analyses pour améliorer l’anticipation des pics de pollution.

La révision du profil de baignade du Ris, confiée à un bureau d’étude indépendant, va prochainement intégrer l’ensemble des données recueillies en 2019, les analyser, et proposer des procédures de fermetures préventives pour la saison prochaine.

En 2020, la Ville continue de professionnaliser ses pratiques en investissant dans une bouée autonome connectée qui transmettra en temps réel le taux de conductivité, et va installer aux Services techniques un laboratoire dédié aux analyses réalisées en interne.

* La conductivité de l’eau (soit sa capacité à conduire l’électricité), permet de mesurer son taux de salinité.

Les réseaux à la loupe
Le Service des eaux et de l’assainissement de Douarnenez Communauté a porté ses actions sur deux volets : les eaux pluviales, l’assainissement collectif et non collectif.

Le suivi de la qualité des eaux pluviales aux exutoires donnant sur la plage du Ris a révélé des taux bactériologiques dans la norme pour des eaux pluviales.

Le contrôle des branchements assainissement collectif a permis de relever 33 cas de non-conformités, dont 12 ont déjà été mis aux normes par les particuliers.

7 habitations raccordées à des systèmes d’assainissement non collectif non conformes ont fait l’objet d’une surveillance renforcée.

En 2020, Douarnenez Communauté va poursuivre ses investigations sur Douarnenez et mener des campagnes similaires de contrôles sur les communes du Juch et de Kerlaz, ainsi que sur la station d’épuration par lagunage du Juch.

Identifier les origines de la pollution
L’Etablissement public de gestion et d’aménagement de la baie de Douarnenez (EPAB) travaille à l’échelle du bassin versant, pour comprendre où se situent les sources de contaminations et comment elles se propagent dans les cours d’eau avant d’arriver à la plage.

39 points de prélèvements ont été répartis sur le Névet et ses principaux affluents pour analyser la qualité bactériologique du cours d’eau. Les résultats, recoupés avec la localisation des usages (urbanisation, assainissement et agriculture) et la connaissance des pratiques, ont permis d’élaborer des hypothèses quant aux sources de pollution. Ces hypothèses doivent maintenant être confortées et complétées par de nouveaux suivis engagés en 2020.

Faire évoluer les pratiques agricoles
L’impact du piétinement des cours d’eau par les bovins est connu depuis 2010. Dès la saison 2019, les éleveurs concernés ont été mis en demeure de résoudre ces situations polluantes. L’EPAB a animé une action de mise en place de dispositifs d’abreuvement auprès des éleveurs. Leur mobilisation a abouti à l’installation de 31 points d’abreuvement sur tout le bassin versant du Ris. Les effets de ces aménagements seront mesurés par les analyses prévues en 2020.

---

" En collectant des données, l’objectif de la Ville est d’être capable de prévoir avec fiabilité chaque fois que la zone de baignade connaîtra une hausse bactériologique, et dans quelles proportions. En conséquence, elle fermera la plage à la baignade uniquement lorsque ce sera nécessaire, le temps voulu pour recouvrer une eau de qualité conforme. "
Henri Caradec, adjoint à l’environnement